Entre Vista et les nuages

L’un des titres de la newsletter du magazine L’informaticien est : « 30% des grands comptes étudient déjà Windows 7 » (issu d’une étude Corporate IT Forum). Il y est évidemment rappelé que Vista a beaucoup déçu les professionnels (comme je les comprends…) et qu’une belle proportion d’entres eux souhaitent ne pas passer par cette étape. D’ailleurs, ayant été un des premiers à m’équiper avec Vista à titre personnel (pour tester le système), on peut dire que je suis vraiment passé à côté de l’effet « Waaaoouuu » vu sur des affiches 4x3m… A tel point que je retarde le remplacement de ma machine de bureau parce qu’il me sera difficile d’en acquérir une nouvelle sans le fameux Vista (l’achat d’une licence XP seule est même sérieusement envisagé puisqu’en outre la durée de vie d’XP vient d’être prolongée de 6 mois).

Mais au-delà de ces critiques qui n’engagent que moi, je me demande réellement si les grands éditeurs de logiciels et plus précisément Microsoft, Apple et les éditeurs d’un OS basé sur Linux, ne commettent pas une erreur stratégique en  insistant sur le développement d’un OS de plusieurs giga-octets, demandant toujours plus de ressources matérielles et logiciels (et correctifs et widgets, gadgets, plug-ins adaptés, etc.). Oui bien sûr, ce sont ces changements qui nourrissent l’industrie informatique et justifient ces millions d’emplois dans un contexte d’innovation permanente.

Mais je reste persuadé que l’informatique mobile et plus généralement l’accès au réseau à tout moment et en tous lieux change la donne. L’avenir reste dans le traitement de l’information « dans les nuages » pour reprendre une expression à la mode.

marelle.gif

En outre, il me semble qu’une distinction très nette devra être faite entre un OS (Operating System) permettant de gérer des applications grand public utilisées par la très grande majorité des individus à leur domicile :

  • lecture et envoi de mails
  • navigation sur le web
  • stockage et retouche basique de photographies
  • stockage et montage basique de vidéos
  • écoute de musiques
  • traitement de texte, gestion de compte à l’aide d’un tableur ou d’un logiciel spécifique
  • visionnage de films
  • jeux

Toutes ces activités peuvent se dérouler désormais en ligne (en mode SaaS comme « Software as a Service »). Dans quelques années, lorsque la (presque) totalité de la population aura accès au haut débit (par liaison filaire, satellite, fibre optique, réseau hertzien, etc.) il est fort probable que tous nos fichiers personnels ne seront plus stockés et traités sur un ordinateur personnel mais « quelque part » et accessibles via notre téléphone, un terminal léger, voire un e-book.

Les professionnels auront par contre toujours besoin de serveurs, de stations de travail « musclées » avec l’OS adapté pour gérer des logiciels de développement informatique, de création graphique, avec un accès parfaitement sécurisé au réseau.

Alors, après Windows 7 et avant d’être entièrement « dans les nuages », y  aura-t-il « Midori » (le nom du projet de Microsoft qui succéderait à Windows 7) ou une nette séparation OS pro versus OS grand public ? Google ne viendra t-il pas tout rafler avec un navigateur léger (Chrome ou son successeur) s’appuyant sur un système Linux léger ou sur un dérivé de son OS pour téléphone portable (Androïd ou son successeur), le tout parfaitement interopérable… ?

NB : Pour simplifier mon propos, je n’ai pas mentionné dans le jeu de la marelle, DOS, Windows 2, 95, ME, 2000 et les autres systèmes avec lesquels j’ai pu travailler.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

*
To prove you're a person (not a spam script), type the security word shown in the picture. Click on the picture to hear an audio file of the word.
Anti-spam image